ouverture de l'ouvroir

Publié le par MLV

~~Non, nous ne sommes pas les dames patronnesses qui ouvrent rue Hoche en 1914 leur bureau de bienfaisance mais quelques amies heureuses de se rencontrer une fois par mois, le « travail » entrepris devant être fait, en principe, pour le mois suivant avec en tête des idées pour la « chose » qui sera déjà proposée. Puisque nous ouvrons la nouvelle année, ouvroir se justifie. Pour notre entrée dans ce blog en principe créatif mais surtout festif, voici

ouverture de l'ouvroir

~~La table est recouverte d’une nappe de fête ; à chaque coin on peut lire le mot PAIX, en hébreu, en chinois, en arabe et en esperanto. N’est-ce pas des vœux pieux pour 2015.

Le centre est garni de trois tricotins dans des bobines de bois, remerciements à P. F. « planteur de clous adéquats ».

Une façon d’offrir une Breguet à Noël a été, avec un superbe catalogue de la maison, de faire du « piquage » avec les illustrations. Aucune de nos filles n’en avaient fait, classe déjà turbulente ? Mais nous, si.

ouverture de l'ouvroir

~~Les copines, ou les ouvreuses, pas les dames patronnesses, ont emmené les leurs avant la photo ! Les cartes des années précédentes furent plus classiques, toujours avec une idée directrice.

ouverture de l'ouvroir

~~Ainsi, les cartes de vœux 2013, le thème étant « cadeau ».

LE BOUTIS

Il doit peut-être son nom à la petite tige anciennement métallique servant à l’emboutissage. Il est typiquement provençal, appelé à Paris la broderie de Marseille. Il se faisait avec des points divers jusqu’à ce que Colbert impose en « appellation contrôlée » le point de devant avec lequel nous l’avons exécuté.

Il avait été offert à Marie Leszczynska, jeune accouchée taies d’oreiller et d’édredon en boutis (la jeune accouchée recevait dans son lit jusqu’au retour de couches). Dans l’armoire provençale figurait le « petassou », pièce de boutis de 60 x 50 centimètres, sorte d’antifuites posée sur les genoux de la marraine, à la cérémonie du baptême.

ouverture de l'ouvroir

~~Les épaisseurs sont dues à l’emboutissage de fils ou de mèches en pur coton entre deux épaisseurs de percale, les dessins étant délimités par les petits points de devant ; cela n’a rien à voir avec ce que l’on vend dans le commerce sous ce nom et qui n’est que du piqué emprisonnant un molleton.

Pour notre prochain rendez-vous, nous devons penser à l’exécution d’un graphisme sur une carte à gratter de 15 x 21 centimètres et rapporter nos garnitures de clefs de portes de meubles qui « traînent » depuis deux mois.

Publié dans ouvrages de dames

Commenter cet article