Article publié depuis Overblog

Publié le par mlr

L’ouvroir cannois N° 3 MARS 2015

LE PATCHWORK

Il existe « depuis la nuit des temps ». A l’origine, ce sont les servantes qui récupéraient les chutes de tissus des vêtements qu’elles confectionnaient pour leurs maîtresses, ces tissus pouvaient être plus ou moins luxueux. Elles faisaient également grand cas des parties non usées de leurs robes ou de leurs tabliers dont les effets étaient plus modestes.

Les dames de la cour s’y intéressèrent. Nous avons confectionné le « patch », c’est-à-dire le motif qui sera répété jusqu’à la bonne taille du travail entrepris, de la couverture réalisée par la seconde épouse de Pierre Le Grand, l’impératrice Catherine 1ère, elle mesure 2,22 x 2,12 mètres.

Quatre patchs de l'impératrice

Quatre patchs de l'impératrice

Nous avons fait par le passé des patchworks qui demandent beaucoup de temps, nous en avons, et de patience, de moins en moins. Ont été réalisés des ouvrages toujours simples et inspirés de patchworks anciens.

Nous avons fait par le passé des patchworks qui demandent beaucoup de temps, nous en avons, et de patience, de moins en moins. Ont été réalisés des ouvrages toujours simples et inspirés de patchworks anciens.

Nous achetons des tissus pur coton assez coûteux pour les découper afin de les réassembler, quelle époque épique !

APPLIQUE suite

Nous avons retrouvé quelques appliqués que nous fîmes à travers les années.

Au cours d’une réunion à Saint-Cassien, nous avions tenu à porter un tee-shirt dont on devait camoufler les réclames.

Nous avons eu une garniture de clef de porte retardataire faite avec des clefs de valises qui mérite de figurer...

Même si, à l’observation de l’image, on ne les voit pas du tout …

COMPLEMENT D’ENQUETE

L’une d’entre nous à retrouver une ancienne aiguille à piquer, la voici :

L’HEURE DU THE

Chaque réunion s’achève par une collation ; notre billet se terminera par une recette toujours simple et qualité-prix recherché.

Les Petits Gâteaux de Tante Marguerite (1899-1997)

50 g de beurre salé fondu avec 100 g de sucre.

Un œuf entier.

100 g de farine.

A l’aide de deux cuillers à café, faire des petits tas sur une tôle recouverte de papier sulfurisé,

Saupoudrer de sucre vanillé et faire un peu pénétrer avec le dos d’une cuiller.

Enfourner à froid, thermostat 210 °, durée 10 mn.

Qui deviennent plus élégamment présentés

MOT D'ENFANT, R.R. se reconnaîtra

Le professeur de guitare vient de terminer les leçons données à domicile, la maman est absente et la petite fille la remplace aisément : « j’espère que vous êtes contents de notre travail (ils sont deux), voulez-vous un thé ? » -« Non, merci, une autre leçon à donner m’attend…mais tu sais faire du thé ? » -« non » que nous supposons timide- « Pourquoi alors en proposes-tu ? »-« Parce que chaque fois on me répond non merci ».

Pour le mois prochain, commémoration des manifestations du 11 janvier, un mois pour réfléchir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article