N° 5 MAI 2015

Publié le par mlr

DIMANCHE 11 JANVIER, les cannois ont manifesté en grand nombre pour affirmer la liberté de la presse et nous avons voulu prolonger cet acte républicain en nous lançons dans un tableau en papiers collés, chacune a cherché le, les symboles issus de leur réflexion.

N° 5 MAI 2015
N° 5 MAI 2015

CREONS NOTRE GRIFFE

Puisque nous confectionnons, tricotons et offrons, pourquoi ne pas terminer notre travail en personnalisant davantage comme le font nos grands couturiers, par notre griffe ?

Historiquement nous ne savons pas quand on imagina la signature de son ouvrage. Il y a un Jacques Griffe (1909-1996) qui fut créateur de modes, costumier par la suite pour le théâtre et le cinéma. Le premier couturier à avoir commercialisé ses créations fut Worth qui en 1868 crée la Chambre syndicale de la couture et de la confection pour Dames et Fillettes, peut-on lui donner la paternité de la « griffe », mais pourquoi pas Doucet, Paquin, les sœurs Callot ?

Sur un biais de satin de longueur 6 à 8 cm, la broderie est exécutée au petit point de devant rebrodé, c’est ce qui épouse le mieux les courbes des lettres.

NOTRE OUVRAGE AU TRICOT

L’exercice était de placer en losange des carrés de 10 x 10 cm et de les rebroder. Le coussin suffisait, l’idée venait d’une robe vue en vitrine, mais la taille d’un coussin nous a paru travail bien suffisant avec ses triangles rectangle isocèle et demi triangle rectangle isocèle.

N° 5 MAI 2015

Dernièrement rue d’Antibes, une veste en patchwork de tissu et tricot m’a donné l’idée d’élargir une veste en laine bouillie particulièrement utile quand sévit une « queue de Mistral ».

N° 5 MAI 2015

Nous avions par le passé fait d’autres tricots toujours à l’affût de la moindre idée à « pomper. Témoin cette longue écharpe (250 x 40 cm) faite avec des restes de laine, l’épaisseur du fil à tricoter ou le point choisi faisant que ce ne fut pas un PTT (petit travail tranquille).

Dans Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, Marius Colucci portait une écharpe dans cet esprit en septembre 2013. Les épisodes suivants se passèrent en Afrique, quel pot j’avais eu !

N° 5 MAI 2015

LA RECETTE DU MOIS : La madeleine

Il parait qu’elle supplante les macarons et est surtout plus facile à réaliser. Je la dois à une charmante et dévouée bibliothécaire de La Bourboule et non à Madeleine Paulmier, jeune soubrette de Commercy qui confectionna en 1755 ces gâteaux pour Stanislas Leszczynski dans les salons de la marquise de Baumont.

150 g de farine et de sucre.

125 g de beurre et deux gros œufs entiers.

Sucre vanillé ou écorce de citron râpé.

Travailler les œufs avec le sucre pour obtenir une pâte blanche rubanée. Ajouter progressivement la farine et le beurre ramolli.

Verser dans des moules bien beurrés, voire enfarinés. On dit, hélas, que les madeleines sont meilleures dans des moules en fer étamé…

N° 5 MAI 2015

200°, 8 à 10 mn.

Et voilà

N° 5 MAI 2015

Le mois prochain, une visite au musée de La Castre nous donne l’idée de confectionner une poupée inuit « ancienne ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article