Article publié depuis Overblog

Publié le par mlr

N° 7 JUILLET 2015

DITES-LE AVEC DES FLEURS

Nous avons confectionné des fleurs, loin de la flore de Gaston Bonnier, quoique la rosacée ait cinq pétales et le « bois joli » n’ait pas encore ses feuilles.

COMPLEMENT D’ENQUETE : MA GRIFFE, nous devons cette appellation à Carme de Tommasso, qui vient de décéder à 105 ans. Elle destine ses modèles à des femmes de petite taille, comme elle (1,55m). Les fines rayures blanches et vertes rencontrent un tel succès que ce motif sera sa signature, « Ma Griffe », nom qu’elle donne aussi à son premier parfum. Il s’agit de Carven, bien sûr.

OCCUPATION ESTIVALE

Nous avons pensé faire notre blason, ce qui permet de librement utiliser les différentes techniques que nous connaissons. Les dimensions de l’écu doivent rentrer dans le format 21x27, et sa destination peut être un coussin, une application sur un tee-shirt ou même une minaudière assez originale avouons-le.

Les armoiries apparaissent dans toute l’Europe au XII e siècle par nécessité militaire, les chevaliers devenant sous leur équipement militaire méconnaissables. La broderie de Bayeux (vers 1080) en est un exemple. Les plus anciennes armoiries connues sont celles de Geoffroy de Plantagenet, en 1127, elles portent six lions. Sous Louis XIV, le droit aux armoiries n’est pas le privilège d’une classe sociale… moyennant finance. La règle essentielle restant de ne pas usurper le blason d’autrui. En 1790, la Constituante interdit les armoiries, signes de féodalité. Napoléon les rétablit en faveur de la seule noblesse impériale. On introduit à l’intérieur de l’écu des pièces personnelles suivant sa propre histoire.

Le vocabulaire des éléments d’art : la dextre est à la gauche du lecteur, la senestre à droite. Sa surface est le champ, les divisions engendrées par des lignes sont des partitions. La pointe et le chef étant le bas et le haut, les apports sont les meubles. Nous allons nous dispenser des timbres (éléments extérieurs à l’écu).

Anecdote locale : Le 9 août 1774, Louis XVI érige par un arrêt royal Le Cannet en commune indépendante de Cannes et de Mougins. Cependant, ce n'est que le 29 janvier 1777 que cet arrêt fut enregistré par le Parlement. De ce passé commun, il reste deux blasons de même inspiration, ils sont traversés par une palme et possèdent deux fleurs de lys, en argent pour Le Cannet et en or pour Cannes.

SOUVENIR RECENT

Et combien désuet : c’est « Pingouin » qui avait lancé les tapis au point noué. La plupart était fait suivant un canevas dessiné. Le premier représenté est fait d’après un tableau de Gleizes , l’autre avec des restes a servi d’essuie-pieds en s’inspirant librement de Armand.

RECOMPENSE APRES L’EFFORT : LES SPECULOOS

100 g beurre mou

100 g vergeoise brune (importée de Belgique)

30 g de sucre

200 g de farine

1 jaune d’œuf

5 g cannelle en poudre

1 cuiller à soupe de lait

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel.

Faire une pâte homogène avec tous ces ingrédients et la raffermir 30 mn au réfrigérateur.

Etaler la pâte, la découper en rectangles de 4x5 cm et la laisser reposer 10 heures à la température ambiante sur la plaque de cuisson.

170° 15 à 20 mn.

Commenter cet article